REVUE: BREITLING NAVITIMER 8

En tant qu’horloger, Breitling a changé d’orientation plusieurs fois au fil des années. La marque essayer de répondre aux demandes des consommateurs dans un environnement en constante évolution se frottant parfois à l’échec. Cependant, une chose est malgré tout restée véridique : la Navitimer, est le plat principal du régime Breitling. Bon et sain, il a toutefois été changé pour quelque chose de complètement différent. Breitling a-t-il tout perdu ?https://www.youtube.com/embed/7Xp79u-7ZlA

On pourrait croire que la Navitimer est un incontournable de la collection Breitling depuis la nuit des temps. Toutefois, la vérité est que la montre la plus célèbre de la marque a été construite presque à contrecœur lors d’une commande personnalisée. Ayant hérité de la société à l’âge de dix-neuf ans, Willy Breitling en a profité pour sortir de l’ombre de son défunt père en brevetant simplement le chronographe à double poussoir. Ce qui est devenu le modèle de presque toutes les chronographes modernes depuis.

Willy ne s’est pas arrêté là, il a également repéré une opportunité en or au sein de l’industrie de l’aviation en plein essor, et il a créé le Département Huit Aviation. Spécialisé dans les compteurs aéronautiques et équipés d’un mouvement de huit jours, d’où le nom du département. Ces instruments ont valu à Breitling un contrat avec nul autre que la RAF, et cela juste avant la Seconde Guerre mondiale.

Mais cela ne suffisait toujours pas pour Willy. Ce n’étais pas assez d’inventer le chronographe tel que nous le connaissons aujourd’hui, ni d’approvisionner toute une force aérienne en instruments d’avion avant le plus grand conflit aérien que le monde ait jamais vu. Willy Breitling ne voulait pas construire une fonctionnalité de chronographe ultime, ou l’instrument de chronographe ultime mais le chronographe ultime.

Sa vision était inédite et pour le moins ambitieuse. Ce chronographe par excellence gagnerait ce statut car il aurait comme fonction première d’aider les calculs de l’ordinateur de bord de la montre. Il s’agissait d’une montre intelligente bien avant que les montres intelligentes n’existent, bien avant la première montre électronique. C’était une montre intelligente analogique, et au cœur de son utilisation illimitée se trouvait le tachymètre breveté. Présenté pour la première fois au public en 1941, le nouveau Chronomat de Willy Breitling prétendait tout faire et il le pouvait. Les publicités ont démontré les capacités étendues du Chronomat, destinés aux domaines de la science, des sports, du commerce et de l’industrie. La cible de cette montre est à peu près tous ceux qui ont besoin de calculer tels que les athlètes, les tacticiens militaires, les médecins, les responsables sportifs, les mathématiciens, les ingénieurs, les scientifiques. Vitesse, distance, taux de changement, fréquence, multiplication, division, pourcentages, vous le vouliez, le Chronomat l’a fait. C’était vraiment le chronographe ultime.

Willy Breitling l’a fait, il a atteint son objectif de créer un chronographe qui surpasse tous les chronographes. On pourrait penser que tout est bien qui finit bien, mais l’histoire n’est pas encore tout à fait terminée. Alors que l’aviation commerciale d’après-guerre était en plein essor, la demande de l’AOPA, de la Aircraft Owners and Pilots Association, pour que Willy transforme son bien-aimé Chronomat en une version calibrée spécifiquement pour les pilotes, a augmenté. Le Chronomat n’a pas connu le succès général del’industrie que Willy espérait, il a donc créé à contrecœur une version du Chronomat personnalisée uniquement pour l’aviation, qu’il a appelée Navitimer. L’ironie est que parmi toutes les réalisations de Willy Breitling, c’est la Navitimer, la montre qu’il avait été contraint de fabriquer, qui est devenue intrinsèquement liée à la marque que son grand-père. C’est non seulement son travail avec le chronographe mais également avec l’industrie aéronautique dans son ensemble qui avait ouvert la voie à ce garde-temps marquant et donnant la direction de la marque pour les décennies à venir. Finalement ses contributions ont été éclipsées par la légende de la montre elle-même. Mais cette légende a-t-elle été brisée ?

Cela fait maintenant un certain temps que Breitling est dans une période difficile. Alors que certaines marques, telle que Rolex, ont adopté cette nouvelle ère de luxe artisanal comme un poisson dans l’eau. D’autres, comme Breitling, ont eu du mal à surfer sur la vague. Après avoir été acheté au bord de la faillite en 1979 par le pilote, horloger et homme d’affaires Ernest Schneider et racheté en 2017 par la société de capital-investissement CVC Capital Partners, le vent du changement commence à siffler dans le siège social de la marque à Grenchen sous l’impulsion du nouveau PDG Georges Kern. Ce fut une période de transformation totale.

Je pense que vous conviendrez que Breitling a souffert d’un cas d’encombrement ces dernières années. Comme Kern le dit, « trop de choix n’est pas du tout un choix », et une partie de son mandat consiste à simplifier Breitling pour le rendre plus accessible. Il semblerait que la stratégie a ait été prise assez littéralement avec le nouveau Navitimer 8, mais puisqu’il a rassemblé la célèbre complexité du Navitimer classique, tout a été annulé.

Certes, le manuel d’instructions fourni avec le Navitimer décrit la montre comme nécessitant « un peu de temps et de patience pour le maîtriser ». Ce qui ressemble un peu à un parent s’excusant poliment pour un enfant difficile. Mais le degré d’exigence du propriétaire de montre moyen a tellement baissé que l’on se demande si des décennies de patrimoine peuvent tout simplement être ignorées. Il ne s’agit pas seulement de remettre la montre un peu en ordre ; non seulement la règle des diapositives a disparu, mais la lunette a été laissée avec rien de plus qu’un marqueur triangle en haut. Il y a la simplification et ensuite l’oblitération.

À ce stade, il convient de noter que Breitling n’a pas été assez idiot pour débarrasser complètement son catalogue du Navitimer, le Navitimer 8 entrant à côté pour le compléter, mais si le but du jeu est de réduire l’encombrement, l’ajout de montres n’est pas de trop. Cela semble être la bonne façon de procéder, à moins que cela ne fasse partie d’une transition en plusieurs phases. La confusion continue avec le nom : Navitimer 8. Le «8 » est un clin d’œil au Huit Aviation Department, appelé ainsi en raison de la réserve de marche de huit jours que l’on trouve dans tous les instruments, excepté celui du calibre interne B01 ou les variantes de calibre 13 basées sur l’ETA 7750. Vous pouvez faire votre choix, les deux ont une réserve de marche de huit jours. Le B01 est celui qui se rapproche le plus se rapproche le plus, extrayant un peu moins de trois jours de son grand barillet.

On peut alors se demander, que cela donne-t-il ? Cela dépend de votre point de vue. Comme Willy Breitling lui-même, il est facile d’obtenir une vision de étriquéel en se concentrant sur ce que nous voulons que Breitling fasse, sans aucune considération de ce que Breitling doit faire. Les facteurs du marché ont imposé l’existence du Navitimer la première fois, et une fois de plus, nous sommes dans une position où l’entreprise doit changer. Le Navitimer 8 est en effet nouveau, différent et inattendu mais c’est en toute bonne foi que l’on observe la relève de l’ancien au nouveau modèle.

Georges Kern réussira ou échouera, il fait au moins quelque chose pour essayer de rendre Breitling excitant et inspirant de nouveau. C’est une entreprise née d’un esprit pionnier d’invention, d’aventure et de prise de risques, et avec l’aide de Georges Kern et du Navitimer 8, ce le sera peut-être une fois de plus. La fin de l’histoire n’est pas encore écrite. Willy Breitling avait son Chronomat, alors que ce dont il avait vraiment besoin était le Navitimer. Désormais nous avons le Navitimer 8, alors que ce dont nous avons vraiment besoin est un nouveau nom de modèle. Et cela est arrivé, car la collection Navitimer 8 a depuis été renommée «Aviator 8» et avec elle la lunette clairsemée a été mise à jour pour inclure des marqueurs d’heure plus utilisables. Un pas en avant, Breitling a peut-être retenue la leçon. Attendons et voyons quelle sera la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *